Le club de canoë kayak multi-activités ASCKA

Une sortie pittoresque

1 Embouteillage à l’entrée du tunnel.  2 Les kayakistes s’étirent le long de ce couloir d’un kilomètre qui les emmène à Pouilly.  Photos Colette PetotLe jour retrouvé, les kayakistes s'étirent le long de ce couloir d'un km qui les emmène à Pouilly.  Colette Petot

Depuis six ans, le 1 er mai, l’Association sportive de canoë-kayak les Alligators (ASCKA) de la vallée de l’Ouche organise la traversée du tunnel du canal de Bourgogne.

Quatre-vingt-quatre participants de tous horizons, kayakistes, touristes, habitants confirmés ou novices, jeunes et adultes, personnes valides ou porteuses d’un handicap sont venus, seuls ou en famille, participer à la traversée du tunnel du canal de Bourgogne.

Cette aventure a demandé une bonne organisation et des conditions de sécurité adaptées au bon déroulement de cette promenade sur l’eau (bateaux aux normes, casques, encadrement, bateaux à moteur avec radio relié au personnel de VNF…).

Dès 8 heures, les bénévoles étaient à pied d’œuvre pour la confirmation des inscriptions, la distribution de matériel, l’organisation de navettes pour emmener les véhicules à Pouilly, point d’arrivée de la balade.

Vers 10 heures, la mise à l’eau des bateaux a commencé ; les encadrants se sont partagés entre sécurité et accompagnement de personnes en situation de handicap et les équipages se sont formés.

Une balade féerique

Après la pose pour la photo de groupe et les dernières ­consignes de sécurité l’armada, partie du bassin d’Escomes suivie du bateau à moteur, s’est engouffrée dans un couloir d’environ un kilomètre avant de s’engager dans le tunnel long de 3,333 km, retrouver la lumière du jour et poursuivre jusqu’au bassin de Pouilly.

La traversée du tunnel, ponctuée de panneaux fixés sur la voûte indiquant les kilomètres a été plutôt bruyante entre les “hello”, les rigolades, les chants et les râlements de ceux qui n’allaient pas droit.

De nombreux puits qui ont servi à la construction de ce tunnel font maintenant office de conduits d’aération, mis en valeur par une lumière bleutée qui fait étinceler les cristaux de calcaire et se refléter la voûte dans l’eau du canal.

Après une heure et quart d’une balade féerique, les participants ont donné la main pour ranger le matériel avant de regagner le repaire des Alligators à Sainte-Marie-sur-Ouche et partager le verre de l’amitié et un pique-nique, au cours duquel le soleil a daigné montrer ses rayons.

Article paru le 07/05/2012